Menu

Témoigner de l’étoffe Canadienne dans l’aménagement de la Maison du Canada

Au fil des décennies, de nombreuses adaptations ont été apportées à l’architecture et aux aménagements intérieurs de la Maison du Canada. Récemment rénovée, elle témoigne désormais fièrement de son origine grâce à l’artisanat et aux matériaux canadiens qu’on s’est grandement efforcé d’y mettre en valeur.

Au rez-de-chaussée, le plancher en marbre d’origine, date des années 1820; il a été restauré à l’aide de marbre du Canada soigneusement sélectionné. On trouve aussi du granit provenant du Bouclier canadien dans le hall de réception de la rue Cockspur.

Nous avons fait affaire avec de nombreux fournisseurs d’éclairage, dont certains étaient peu habitués aux exportations étrangères ou établis dans des régions très éloignées, ce qui représentait autant de contraintes supplémentaires en vue de respecter les échéanciers. Beaucoup de commandes ont été exécutées sur mesure pour le Canada, puis adaptées aux normes du Royaume-Uni (le Canada utilise des luminaires de 120V, mais le Royaume-Uni utilise des 220V). Esthétiquement, nous avons tenté non seulement de répondre aux exigences liées à la conception, mais aussi de nous assurer que les matériaux, les meubles et l’éclairage sont robustes et peuvent supporter les exigences fonctionnelles d’un bureau occupé et d’espaces publics et de réunion très fréquentés.

Le chapeau de la GRC dans la salle Saskatchewan, le livre de Winnie l’ourson dans la salle Manitoba et les photographies signées d’artistes canadiens partout dans la Maison du Canada visent tous à souligner la trame et les couleurs de notre pays.

L’utilisation du bois contaminé par le dendroctone du pin dans la salle Pacifique prouve que ce bois, ravagé par une infestation, peut s’avérer d’une grande beauté s’il est correctement mis en valeur. Il s’agit aussi d’un excellent brise-glace! Par ailleurs, le fait de conserver une partie de la collection de Larkin nous rappelle l’époque révolue où les Canadiens se procuraient objets et mobilier de qualité dans d’autres pays.

Dans un autre ordre d’idée, les canoës canadiens disposés un peu partout dans le bâtiment nous rappellent le caractère unique des parcs et de la nature sauvage d’aujourd’hui ainsi que l’importance historique du canoë au titre du développement économique du Canada.

Pas étonnant que la crédence dans la salle Île-du-Prince-Édouard ressemble à un grand casier à homards!

Espérons que toutes ces curiosités évoquent des souvenirs pour les Canadiens qui visitent la Maison du Canada tout en incitant d’autres personnes à en apprendre davantage sur le Canada. 

Histoires Connexes